Répertoire Géoservices InfraSIG
Géoportail de la Wallonie
Login | Get Token
JSON | SOAP | WMS

EAU/MASSES_EAU_SOUT_2017 (MapServer)

View In:   ArcGIS JavaScript   ArcGIS.com Map   Google Earth   ArcMap   ArcGIS Explorer

View Footprint In:   ArcGIS.com Map

Service Description: Ce service de visualisation REST permet de consulter la couche de données "Masses d'eau souterraine (MESO) - Version 2017". Pour plus d'informations sur ce service, consultez http://geoportail.wallonie.be/catalogue/e3b5a73a-03b0-40e6-9fda-1db67a5ac469.html

Map Name: MASSES_EAU_SOUT_2017

Legend

All Layers and Tables

Layers: Description: Cette couche de données localise et fournit des informations descriptives sur les masses d'eaux souterraines en 2017 en Région wallonne. La Directive Cadre sur l’Eau (DCE-2000/60/CE) introduit la notion de "masses d’eaux souterraines" qu’elle définit comme "un volume distinct d’eau souterraine à l’intérieur d’un ou de plusieurs aquifères" (article 5 et Annexe II). Selon cette même Directive Cadre, un aquifère représente "une ou plusieurs couches souterraines de roches ou d’autres couches géologiques d’une porosité et d’une perméabilité suffisantes pour permettre soit un courant significatif d’eau souterraine, soit le captage de quantités importantes d’eau souterraine". Les masses d’eau souterraine, telles que définies dans la DCE, peuvent être délimitées tant suivant des critères hydrogéologiques que suivant des critères non hydrogéologiques. Les limites des masses d’eau souterraine peuvent également tenir compte d'impératifs liés à la gestion même de la masse d'eau. Les critères retenus sont: a. Critères hydrogéologiques : - Etendue et caractéristiques des couches géologiques ; - Zone d’alimentation ; - Ligne de partage des écoulements souterrains ; - Liaison hydraulique entre les couches géologiques ; - Interaction avec les eaux de surface et les écosystèmes terrestres associés ; - Propriétés hydrochimiques, - Distinction entre les nappes libres et les nappes captives. b. Critères non hydrogéologiques : - Captage ou la possibilité de captage ; - Impact des pressions, tant le captage que la pollution, sur les masses d’eau, les écosystèmes terrestres et les dégâts aux couches ou aux biens non meubles à la surface de la terre (comme les affaissements) ; - Ligne de partage des eaux de surface ; - Limites administratives Chaque masse d'eau souterrain est caractérisée par une fiche signalétique, disponible sur le site de la Directive Cadre sur l'Eau. Les fiches par masse d’eau souterraine sont destinées à préciser l’état des lieux des districts hydrographiques en identifiant autant que possible le caractère propre de chaque masse d’eau. La désignation et la première caractérisation des masses d'eau souterraine ont nécessité l'adoption préalable d'une méthodologie. Celle-ci a été établie par l'Administration (DGO3) et l’ex-Observatoire des Eaux souterraines en concertation entre les Services concernés du SPW (DGO3- Direction générale de l’Agriculture, des Ressources naturelles et de l'Environnement) et de l’ex-MET (DGO2 – Direction générale de la Mobilité et des Voies hydrauliques). Enfin, une coordination pour les masses d'eau frontalières a été assurée avec les administrations flamande, française, allemande et néerlandaise, dans le cadre des Commissions internationales pour la Meuse, l'Escaut et le Rhin. La méthodologie a été approuvée le 10 décembre 2003 par la Plateforme Permanente pour la Gestion Intégrée de l’Eau (PPGIE). En avril 2017, la masse d’eau souterraine RWE031 a été scindée en 2 nouvelles masses d’eau RWE033 et RWE034 (sur base de la différence des pressions exercées et des altérations constatées). La couche de données est symbolisée suivant le type de masses d'eaux souterraines : soit supérieures (les moins profondes) ou inférieures. La Directive Cadre sur l’Eau (DCE-2000/60/CE) introduit la notion de "masses d’eaux souterraines" qu’elle définit comme "un volume distinct d’eau souterraine à l’intérieur d’un ou de plusieurs aquifères" (article 5 et Annexe II). Selon cette même Directive Cadre, un aquifère représente "une ou plusieurs couches souterraines de roches ou d’autres couches géologiques d’une porosité et d’une perméabilité suffisantes pour permettre soit un courant significatif d’eau souterraine, soit le captage de quantités importantes d’eau souterraine". Les masses d’eau souterraine, telles que définies dans la DCE, peuvent être délimitées tant suivant des critères hydrogéologiques que suivant des critères non hydrogéologiques. Les limites des masses d’eau souterraine peuvent également tenir compte d'impératifs liés à la gestion même de la masse d'eau. Les critères retenus sont: a. Critères hydrogéologiques : - Etendue et caractéristiques des couches géologiques ; - Zone d’alimentation ; - Ligne de partage des écoulements souterrains ; - Liaison hydraulique entre les couches géologiques ; - Interaction avec les eaux de surface et les écosystèmes terrestres associés ; - Propriétés hydrochimiques, - Distinction entre les nappes libres et les nappes captives. b. Critères non hydrogéologiques : - Captage ou la possibilité de captage ; - Impact des pressions, tant le captage que la pollution, sur les masses d’eau, les écosystèmes terrestres et les dégâts aux couches ou aux biens non meubles à la surface de la terre (comme les affaissements) ; - Ligne de partage des eaux de surface ; - Limites administratives Chaque masse d'eau souterrain est caractérisée par une fiche signalétique, disponible sur le site de la Directive Cadre sur l'Eau. Les fiches par masse d’eau souterraine sont destinées à préciser l’état des lieux des districts hydrographiques en identifiant autant que possible le caractère propre de chaque masse d’eau. La désignation et la première caractérisation des masses d'eau souterraine ont nécessité l'adoption préalable d'une méthodologie. Celle-ci a été établie par l'Administration (DGO3) et l’ex-Observatoire des Eaux souterraines en concertation entre les Services concernés du SPW (DGO3- Direction générale de l’Agriculture, des Ressources naturelles et de l'Environnement) et de l’ex-MET (DGO2 – Direction générale de la Mobilité et des Voies hydrauliques). Enfin, une coordination pour les masses d'eau frontalières a été assurée avec les administrations flamande, française, allemande et néerlandaise, dans le cadre des Commissions internationales pour la Meuse, l'Escaut et le Rhin. La méthodologie a été approuvée le 10 décembre 2003 par la Plate-forme Permanente pour la Gestion Intégrée de l’Eau (PPGIE). En avril 2017, la masse d’eau souterraine RWE031 a été scindée en 2 nouvelles masses d’eau RWE033 et RWE034 (sur base de la différence des pressions exercées et des altérations constatées). La couche de données est symbolisée suivant le type de masses d'eaux souterraines : soit supérieures (les moins profondes) ou inférieures. Pour plus d'informations sur cette donnée, consultez http://geoportail.wallonie.be/catalogue/65a3b0bf-8f02-4823-b103-170905796f6d.html

Copyright Text: SPW

Spatial Reference: 31370  (31370)


Single Fused Map Cache: false

Initial Extent: Full Extent: Units: esriMeters

Supported Image Format Types: PNG32,PNG24,PNG,JPG,DIB,TIFF,EMF,PS,PDF,GIF,SVG,SVGZ,BMP

Document Info: Supports Dynamic Layers: false

MaxRecordCount: 1000

MaxImageHeight: 4096

MaxImageWidth: 4096

Supported Query Formats: JSON, AMF

Min Scale: 3000000

Max Scale: 250



Child Resources:   Info

Supported Operations:   Export Map   Identify   Find   Return Updates